Ces architectes fous qui ont défiguré la France

Le 12/01/2016

Habitat. De la construction des barres d’immeubles aux zones pavillonnaires, les architectes pratiquent un terrorisme visuel auquel nul n’échappe.

L’immeuble du «Cèdre Bleu» (photo ci-dessus), l’un des plus longs d’Europe au moment de sa construction (402 mètres), dans le quartier du Haut-du-Lièvre, à Nancy. En 2010, il a été raccourci de plus de 130 mètres.

enquêtes du contribuable politique de la villeArticle extrait des Enquêtes du contribuable #14 «Politique de la ville : les racines du mal». En kiosque. Numéro disponible sur notre boutique en ligne.

Il faudrait pendre certains urbanistes. Pourquoi ne pas commencer par le squelette de Le Corbusier ? L’architecte suisse mort en 1965 a donné le premier coup de truelle à la France du béton, des HLM et des cités. Son architecture de clapiers repose sur le « modulor » une silhouette humaine aux proportions standardisées (1,83 m de haut). Elle dicte ses dimensions à un logement, devenu une « machine à habiter ». Son projet, dont les principes sont résumés dans la charte d’Athènes (1933), prône l’édification d’une «ville nouvelle», divisée en quatre «fonctions» : résidence, travail, loisirs et transport.

De Firminy-Vert aux grands ensembles sortis de terre dans toutes les provinces de France et de Navarre, on trouve le même moule urbanistique. Selon l’architecte David Mangin auteur de « La Ville franchisée » (Éditions de la Villette), un best-seller des années 2000, ce chaos urbain n’est pas sorti de terre tout seul. C’est la résultante monstrueuse de rapports de force politiques, de visions idéologiques et d’une culture technique totalitaire dont les architectes se sont faits les chantres.

Fruit de la politique volontariste menée durant les Trente Glorieuses dans le domaine de l’aménagement du territoire et de la planification urbaine, certains de ces grands ensembles sont aujourd’hui détruits à l’explosif. À la fin des années 1990, la France a lancé un programme de démolition d’immeubles HLM en périphérie des villes afin de « casser les ghettos ». En juillet dernier, ce feu d’artifice a concerné la Barre 230 de La Duchère (Rhône). Elle a été pulvérisée, mettant un point final à la Barre des Mille, une cité construite près de Lyon, au début des années 1950, par l’architecte François-Régis Cottin.

Boum ! Ce dynamitage résume le fiasco d’une architecture dont la cité des 4000 de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), dessinée par Clément Tambuté et Henri Delacroix, a longtemps été un symbole. La destruction de la tour Debussy (1986), une des pièces décaties de ce grand ensemble criminogène, a donné le coup d’envoi d’une rénovation générale.

Comme au Val-Fourré (Mantes-la-Jolie, Yvelines), où les 13 tours dessinées par les architectes/urbanistes Raymond Lopez, Henri Longepierre et Marcel Gojard ont été rasées entre 1992 et 2006. Depuis, d’autres barres d’immeubles ont été soufflées à Béziers (Capendeguy), à Mâcon (Grandes Perrières), à Saint-Étienne où la « Muraille de Chine » fut longtemps la plus grande barre européenne, à Toulouse (Empalot)…

Quand ils ne sont pas détruits, certains grands ensembles sont « remodelés », c’est-à-dire réhabilités par des architectes en cour comme Roland Castro, longtemps proche du PC, qui a notamment opéré dans les cités des Hauts-de-Seine. Il vient de proposer la construction de 24 000 logements dans le parc Georges-Valbon (La Courneuve) afin d’y créer un « Central Park du Grand Paris », ce qui a provoqué l’ire d’une partie de la population.

Utopies urbanistiques et hangars commerciaux

Le saccage architectural du pays a aussi été orchestré par l’État. Fidèle à la loi Pasqua selon laquelle tout citoyen doit se trouver à moins de 45 minutes d’une autoroute, le pays s’est peu à peu couvert d’échangeurs, de bretelles, de rocades, de ronds-points… (Lire notre enquête sur la folie des ronds-points dans Les Dossiers du contribuable n°12, avril 2013).

Cette déliquescence architecturale s’est accélérée à partir des années 1980. En 1983, les lois de décentralisation ont laissé le champ libre aux maires en matière de permis de construire. Promoteurs et élus aux goûts architecturaux exécrables ont eu la main lourde sur la bétonneuse. Les architectes des groupes de BTP ont multiplié des projets sans âme où le toit-terrasse, et les fenêtres en longueur règnent en maître. La montagne n’a pas été épargnée par ce bétonnage. À Flaine (Haute-Savoie), quelques architectes, dont le Suisse Gérard Chervaz et le Hongrois Marcel Breuer ont, par exemple, créé des cages à lapin « Bauhaus » ouvrant sur l’espace longtemps préservé des alpages…

La construction de Flaine (1960/1976) est symbolique d’une période où les tours et les barres d’immeubles ont cédé la place à des « utopies » urbanistiques comme celles, en Île-de-France, de Cergy-Pontoise, d’Évry, de Melun-Sénart… En parallèle, la France s’est couverte de hangars commerciaux dans des ZAC qui ont peu à peu asphyxié les magasins de centre-ville alors que les zones pavillonnaires poussaient comme des champignons.

Après le béton gris, le vert concombre. Aujourd’hui, les architectes impliqués dans la construction des éco-quartiers (Brest, Strasbourg, Issy-les-Moulineaux…) sont en train de reformater l’architecture en imposant leur vision du monde de la même façon que les architectes des années 1950 imposaient la leur au nom de la modernité. Selon eux, il s’agit de passer de l’obscurantisme de la ville ancienne à la cité écolo, rationnelle, dans laquelle l’homme sera rééduqué selon des préceptes verts, sinon vert de gris.

Alexis Constant

À lire également. Entretien avec le géographe Gérard-François Dumont : « L’architecture des quartiers est l’illustration contemporaine de la laideur »

enquêtes du contribuable politique de la ville«Politique de la ville : les racines du mal », Les Enquêtes du contribuable #14 décembre 2015/janvier 2016. En kiosque. Vous pouvez commander en ligne ce numéro : 5,50 €€ (port compris).

Articles de la même rubrique


Publié par Rédaction le 12/01/2016
Par Bouillabaisse, le 30/11/2016

Par jamas, le 15/01/2016

C’est vrai, c’est le donneur d’ordre en définitive qui décide. L’architecte propose un projet et en garde la paternité. Mais c’est le maître d’ouvrage qui décide en définitive de le réaliser ou pas.
Je sens là encore une entourloupe pour que les véritables responsables (une fois encore nos braves décideurs politiciens) se dédouanent à bon compte de leur responsabilité, là comme pour les dettes publiques gigantesques qu’ils nous ont mis sur le dos, bien qu’ ayant préalablement juré la main sur le cœur vouloir gérer les deniers publics avec toute la rigueur nécessaire .
Cela étant, étant du métier, les architectes mégalos, ça existe aussi. Ca à surtout existé. Et Le Corbusier n’en était pas un moindre. Mais c’est certainement moins vrai aujourd’hui.

Par reiller, le 12/01/2016

C’est le donneur d’ordre qui choisit le projet, ou le refuse….

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *