Peur sur l’épargne

Le 01/12/2015

Peu de médias ont parlé de cette directive de la Commission européenne. Intitulé DRRB ou BRRD en anglais pour « Bank recovery and resolution directive », ce texte va, pour résumer, permettre aux banques qui feraient faillite de se refaire une santé financière en ponctionnant non pas l’État ou l’Union européenne mais bien leurs propres clients.

Adoptée à Bruxelles fin 2014 et applicable au 1er janvier 2016, elle a été retranscrite en droit français voilà quelques semaines.

Le médiatique expert financier, Olivier Delamarche, interviewé par Russia Today sur le sujet, a fait remarquer que la Commission européenne ne fait que généraliser une mesure similaire prise lors la crise chypriote en 2012 et 2013. Pour Delamarche, il s’agit d’ « un vol pur et simple ».

Il observe aussi l’évolution à venir, en cas de faillite bancaire : « En résumé, auparavant c’était « nous, contribuables » qui payions. Avec cette directive, ce sera « nous,les épargnants ».

Pour donner l’illusion de ne pas vouloir ponctionner les moins favorisés, seuls les comptes affichant 100 000 euros seraient susceptibles d’être prélevés.

Mais, observe Olivier Delamarche, si un épargnant vend un appartement d’un montant sensiblement supérieur au moment même où la banque fait faillite, et qu’à cet instant le produit de la vente est sur son compte bancaire, alors il entrerait dans le cadre de la directive et pourrait se voir ponctionné.

Bonne chance à tous.

Nicolas Julhiet

enquêtes du contribuable politique de la villeArticle extrait de «Politique de la ville : les racines du mal », Les Enquêtes du contribuable #14 décembre 2015/janvier 2016. Téléchargez gratuitement en ligne ce numéro

Articles de la même rubrique


Publié par Rédaction le 01/12/2015