Anne Coffinier, la passion de l’école

Anne Coffinier © Innocent Les Enquêtes du contribuable
Le 01/10/2015

Portrait. Anne Coffinier, la directrice générale de la Fondation pour l’École ne se laisse pas facilement formater, encore moins enfermer dans un sérail.

Enquêtes du contribuable Ecole« École : nos enfants en péril ». Anne Coffinier est le « grand témoin » du numéro d’octobre/novembre 2015 des Enquêtes du contribuable. En kiosque. Numéro disponible sur notre boutique en ligne.

La directrice générale de la « Fondation pour l’école », aurait pu devenir un de ces commis de l’État obéissant sans états d’âme aux consignes de tel ou tel gouvernement, ou encore poursuivre son chemin dans la « Carrière », au côté de son époux. Mais Anne Coffinier ne se laisse pas facilement formater, encore moins confiner dans un sérail.

Anne Coffinier (Barry de son nom de jeune fille) est d’abord une fille de Provence. C’est d’ailleurs à Manosque que cette jolie brune au visage quelquefois un peu sévère, a passé son enfance, chez un père juriste de formation devenu antiquaire par passion. C’est ce père qui lui a sans doute inculqué, avec le goût de l’excellence et de la liberté, le refus des itinéraires tout tracés.

Ce goût de l’excellence va tout d’abord la conduire en khâgne dans un prestigieux lycée parisien, puis – pour elle cela va de soi – sur les bancs de Normale Sup’. Mais elle est rapidement déçue par le fonctionnement du système académique (elle parlera même d’un enseignement « sinistré ») et c’est alors qu’elle se tourne vers l’ENA, avec d’abord le désir de retrouver celui qui deviendra son mari. La prestigieuse maison de la rue des Saints Pères, qu’elle intègre après une préparation à Sciences Po, ne sera pour elle que l’occasion d’une nouvelle déception. Elle y découvrira une institution qui apprend surtout à se soumettre, une « école de la servilité », dira-t-elle.

Mais chez Anne Coffinier, la passion de l’exigence va aussi présenter un versant spirituel. Alors que la médiocrité apparente d’un certain clergé l’a tenue éloignée, un temps, de l’Église, elle va redécouvrir la religion catholique dans laquelle elle a été baptisée. Notre énarque, qui ne fait rien à demi, va devenir théologienne. Entre temps, et en dépit d’une grave maladie, elle donnera naissance à quatre enfants. Tout est alors en place pour que sa vie bascule.

Peu enthousiasmée par les perspectives de carrière (pourtant prometteuses) qui s’ouvrent devant elle, la jeune diplomate et mère de famille s’engage dans un nouveau combat : celui de l’éducation. Ayant constaté et déploré la décrépitude de l’enseignement public, elle réfléchit au moyen d’aider ceux qui veulent donner à leurs enfants une éducation hors des sentiers battus, hors aussi des lourdeurs étatiques qui paralysent trop facilement l’enseignement privé sous contrat. Anne Coffinier possède le savoir, elle connaît les arcanes de l’administration et c’est tout naturellement qu’elle crée en 2004, avec d’autres, l’association Créer son école. Il s’agit de « faire connaître, à tous, ce que les écoles indépendantes peuvent apporter pour l’éducation des enfants », mais aussi de leur offrir la boîte à outils nécessaire.

Quatre ans plus tard, la création de la Fondation pour l’École, dont Anne Coffinier est aujourd’hui directrice générale, approfondira ces objectifs en y ajoutant le soutien financier et technique ainsi que la formation des enseignants et des créateurs d’écoles, et bien d’autres missions encore. Pour l’initiatrice du mouvement, le but n’est pas fondamentalement idéologique. Il s’agit d’apporter à des élèves une éducation différente, à l’instar de ce qui se fait dans certains autres pays d’Europe et d’ailleurs. En somme, il s’agit de proposer une éducation plus exigeante… et Anne Coffinier s’y connaît dans ce domaine.

Guirec Le Guen

Vous retrouverez ici, le grand entretien qu’Anne Coffinier nous a accordé dans le cadre de notre numéro « École : nos enfants en péril ».


Anne Coffinier Bio-ExpressAnne Coffinier

1974 : Naissance. Enfance à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence).

 1998 : Sortie de l’École normale supérieure.

2002 : Entrée dans l’administration des Affaires étrangères à sa sortie de l’ENA (promotion « Copernic »).

2004 : Naissance de l’association « Créer son école ».

2007 : Création de la « Fondation pour l’École », reconnue d’utilité publique en 2008.

2010 : Anne Coffinier devient directrice générale de la « Fondation pour l’École ».


Enquêtes du contribuable EcoleNouveau numéro ! «École : nos enfants en péril»Les Enquêtes du contribuable d’octobre/novembre 2015. En kiosque. Vous pouvez commander en ligne ce numéro : 5,50 €€ (port compris).

Articles de la même rubrique


Publié par Rédaction le 01/10/2015