Les aides à la presse ont coûté plus de 2 milliards d’euros en 2013

aides à la presse les titres les plus aidés
Le 01/05/2015

Montant des aides publiques à la presse française en 2013 : plus de 2 milliards d’euros. Le journal le plus subventionné est L'Humanité : 0,61 centime par exemplaire en 2013.

enquêtes du contribuable une aides publiques aux entreprisesArticle extrait du nouveau numéro des Enquêtes du contribuable, «Le grand scandale des aides aux entreprises», en kiosque. Vous pouvez également commander en ligne ce numéro. (3,50 €€).

La presse française reçoit chaque année plus de 2 milliards d’aides publiques. D’abord, des aides directes (aides à la diffusion, au pluralisme, à la modernisation) qui se sont élevées à 373 millions d’euros en 2013 (dont 120 millions pour les abonnements de l’État à l’AFP), d’après les crédits de paiements du projet de loi de finance 2013, qu’a analysés le financier et ex-journaliste Benjamin Dormann dans son essai «Ils ont acheté la presse» (Éditions Jean Picollec).

aides à la presse les titres les plus aidés

Le journal le plus subventionné est L’Humanité : 0,61 centime par exemplaire en 2013.

 

A ce montant, s’ajoute une ribambelle de soutiens indirects pour un montant de 1,9 milliard en 2013. Des aides fiscales, ensuite : l’État accorde à la presse un taux « super réduit » de TVA à 2,10 % sur les ventes, un régime spécial des provisions pour investissements (certaines dépenses peuvent être retranchées du bénéfice imposable des entreprises), et une exonération de taxe professionnelle.

Des aides sociales : exonération de charges sociales pour les vendeurs colporteurs, prise en charge de 50 % des cotisations assurance des correspondants de presse… Toujours prompts à se féliciter de la « justice » fiscale, les journalistes bénéficient d’un régime dérogatoire qui leur permet de déduire 7 650 euros par an de leur revenu imposable et d’un abattement de 20 % sur les cotisations sociales.

Des aides postales, enfin : 143 millions d’euros ont été versés en 2013 à La Poste pour la distribution de la presse « en zone peu dense ». La Poste a également touché la même année 470 millions pour compenser le déficit dû aux tarifs postaux préférentiels dont bénéficie la presse écrite. Ce trou financier est compensé par les contribuables.

Les soutiens à la presse ont été créés au XIXe siècle afin d’encourager « la libre communication des pensées entre les citoyens ». On se demande quelle est leur légitimité actuelle, puisqu’à quelques exceptions près, tous les medias ânonnent aujourd’hui les mêmes versets du politiquement correct.

Alexis Constant              

enquêtes du contribuable une aides publiques aux entreprises«Le grand scandale des aides aux entreprises»Les Enquêtes du contribuable d’avril/mai 2015– 3,50€. En kiosque et sur abonnement. Vous pouvez commander en ligne ce numéro. 

Le magazine des contribuables

Assistanat, syndicats, fraudes sociales, hauts fonctionnaires, aides publiques aux entreprises… Tous les deux mois, Les Enquêtes du contribuable approfondissent dans des dossiers didactiques un thème majeur de l’actualité économique et sociale. Revue de référence en matière d’argent public, Les Enquêtes du contribuable vous permettent d’être réellement informé des dérives grandissantes et cachées que connaît notre pays. Ce magazine de conviction est indépendant de tout lobby et porte un regard différent sur l’actualité qu’il analyse du point de vue des contribuables. Abonnement : 6 numéros par an pour 21 € seulement !

Articles de la même rubrique


Publié par Rédaction le 01/05/2015
  • Pingback: Yannick Moreau contre les subventions à l'Humanité | Contribuables Associés()

  • Pingback: Dans la rubrique « Tout va bien, nous coulons moins vite » | Contribuables Associés()

  • Pingback: 2 milliards d'euros de subventions à la presse : question écrite de Jacques Bompard | Contribuables Associés()

  • jamas

    Il y a des coupes sombres à faire, de l’argent public à récupérer.
    La presse écrite souffre et va souffrir encore beaucoup de la montée du numérique.
    Comme la poste qui souffre de la dématérialisation des correspondances.
    Comme les secrétaires à la machine à écrire ont souffert et même disparues à la suite de l’arrivée de l’informatique.
    Comme les petits commerce de centre-ville ont souffert avant d’être laminés par les grandes surfaces de périphérie.
    C’est triste pour la presse écrite. Mais c’est inéluctable d’autant qu’en plus les budgets publicitaires ne sont pas à la hausse.

  • Lydia Bul

    bichette

  • olympia

    Une presse assistée et qui propage l’idéologie du multiculturalisme, du libéralisme sauvage et l’apologie de l’immigration de peuplement au détriment des français écrasé par les impots enfin ceux qui ne sont pas assistés : célibataires sans enfant exploités au travail et rackettés par Bercy

  • reiller

    Que l’huma soit subventionnée, c’est curieux puisqu’il n’y a plus beaucoup de lecteurs; mais Télérama, quel sens cela a-t-il??