Jean-Marc Daniel, de la technocratie au libéralisme

jean marc daniel
Le 12/02/2015

L’itinéraire de cet économiste pourfendeur des rentes est complexe. Retour sur un homme du sérail qui a refusé d’abdiquer sa lucidité.

inégalités public privé Enquêtes du contribuablePortrait extrait des Enquêtes du contribuable de février/mars 2015, «Les inégalités public-privé». En kiosque. Numéro disponible sur notre boutique en ligne.

Le visage est rond, presque poupin, il serait presque mollement rassurant sans le regard acéré qui dément l’apparente placidité de l’ensemble. Du reste, la voix, claire et fortement timbrée, confirme l’impression générale d’acuité.

Il y a un paradoxe dans la vie de ce fils d’instituteur né à Bordeaux en 1954. Jean-Marc Daniel est indiscutablement un pur produit du sérail. Diplômé de l’Ecole polytechnique, puis de l’ENSAE (Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique) et de Sciences Po. Sa carrière est d’abord constituée d’une longue alternance entre postes prestigieux et passages dans les cabinets ministériels mitterrandiens.

Puis, tout se déglingue. Le technocrate en a visiblement trop vu. Celui qui a été coulé dans le moule des grands commis de l’Etat va devenir le pourfendeur d’une action étatique intempestive. Dans son dernier ouvrage, «L’Etat de connivence» (Editions Odile Jacob, 210 pages – 22,90 €), il ne se gêne pas pour dénoncer les rentes délétères, mais aussi pour prôner l’extension du domaine de la concurrence et du marché dans tous les domaines, y compris dans celui de la santé, au grand scandale de certains.

Rancœur d’un fonctionnaire incompris ? Pas vraiment. Il reconnaît au contraire avoir gardé un bon souvenir de la fonction publique, même s’il pointe «un vrai gâchis des compétences».

Collaborateur de Roland Dumas et de Jack Lang

En fait, il semble que ce haut fonctionnaire qui a fréquenté les cabinets de Jack Lang et Roland Dumas, et publié «Le socialisme de l’excellence», ait pris sa carrière d’enseignant trop au sérieux pour en rester à la « doxa » keynésienne. Ce disciple de Ricardo, a voulu explorer son sujet à fond. Celui qui dirige aujourd’hui la revue Sociétal propose ses chroniques sur BFM TV, et enseigne l’économie à Sup’ de Co et à l’école des Mines (entre autres), est devenu un personnage incontournable du libéralisme français. Il faut toujours se méfier des professeurs passionnés par ce qu’ils enseignent.

Guirec Le Guen

Vous retrouverez ici, l’entretien que Jean-Marc Daniel nous a accordé dans le cadre de notre numéro consacré aux inégalités public-privé.


Bio-Express 

1954 : naissance à Bordeaux.
1979 : chargé du suivi de la conjoncture économique de la région Rhône-Alpes à la direction régionale de l’INSEE à Lyon.
1991 : chargé d’études à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).
1994 : directeur adjoint de la Caisse autonome nationale de la Sécurité sociale dans les mines.
2004 : professeur d’économie à l’Ecole supérieure de commerce de Paris- Ecole européenne des affaires et directeur de la revue Sociétal.


inégalités public privé Enquêtes du contribuable«Les inégalités public-privé»Les Enquêtes du contribuable de février/mars 2015. 3,50€€. En kiosque le lundi 2 février et sur abonnement. Vous pouvez commander en ligne ce numéro.

Le magazine des contribuables

Assistanat, syndicats, fraudes sociales, hauts fonctionnaires… Tous les deux mois, Les Enquêtes du contribuable approfondissent dans des dossiers de fond  un thème majeur de l’actualité économique et sociale. Revue de référence en matière d’argent public, Les Enquêtes du contribuable vous permettent d’être réellement informé des dérives grandissantes et cachées que connaît notre pays. Ce magazine de conviction est indépendant de tout lobby et porte un regard différent sur l’actualité qu’il analyse du point de vue des contribuables.3,50€. Abonnement : 6 numéros par an pour 21 € seulement !

Articles de la même rubrique


Publié par Rédaction le 12/02/2015