Un bon maire est économe de l’argent public

Le 28/01/2014

L’argent public, pour les collectivités locales comme pour l’Etat, ne devrait servir qu’à financer des tâches ou des équipements ne pouvant absolument pas être pris en charge par l’initiative privée.

Edito de «Ces maires qui jettent votre argent à la poubelle», Les Enquêtes du contribuable février/ mars 2014 – 68 pages, 3€50. 

En avant-première, vous pouvez commander en ligne ce numéro.

Monsieur Bertrand Delanoë, maire de Paris jusqu’en mars 2014, est très fier de pouvoir dire : « J’ai construit 70 000 logements, j’ai créé 10 500 places de crèches ».

C’est ce genre de propos que les contribuables ne supportent plus d’entendre et qu’ils reçoivent comme des offenses ! Car l’argent de ces logements, de ces crèches (et c’est pareil pour les stades, les médiathèques et aussi l’aide sociale ou la culture, pour toute dépense publique…) ne sort pas de la poche du maire, mais bel et bien de la nôtre !

Nous en avons assez de tous ces panonceaux publicitaires « le Conseil général, le Conseil régional, la Communauté de communes, fait ci ou ça pour vous ». Fût-ce pour améliorer la circulation ou l’environnement…

Et ces logements, ces crèches, même si on est heureux pour ceux qui en bénéficieront, on se demande légitimement s’ils constituent toujours et à n’importe quel prix, des dépenses publiques pertinentes. Pour 70 000 logements sociaux aménagés, combien d’immeubles détruits (y compris, à Paris, quelques hôtels particuliers faisant partie du patrimoine historique…) ? Et à quel prix de revient au mètre carré ? Et au détriment de quelles autres dépenses ?…

L’argent public, pour les collectivités locales comme pour l’Etat, ne devrait servir qu’à financer des tâches ou des équipements ne pouvant absolument pas être pris en charge par l’initiative privée. Ce qui n’est le cas ni du logement, ni des crèches.

Sait-on, par exemple, que depuis 30 ans, une réglementation de plus en plus tatillonne a littéralement asphyxié les crèches privées, associatives ou communautaires ? Du coup, l’initiative privée ayant été découragée, on dit qu’il faut bien que la mairie ou le département s’en occupe…

Il est temps que les responsables des collectivités territoriales se mettent au diapason des nécessités collectives, et, à leur tour, prennent des engagements solennels sur la baisse de leurs dépenses, pour aboutir à la baisse de nos impôts. Mais cela suppose une petite révolution intellectuelle de la part du plus grand nombre des élus, de droite comme de gauche. Cela suppose qu’ils cessent de s’imaginer que la collectivité peut faire un usage plus judicieux de l’argent des ménages, pourtant difficilement gagné, que ces ménages eux-mêmes.

Contribuables Associés est prêt à soutenir tout élu qui prendra un tel engagement. Qui dira : « Si je suis élu (ou réélu), je m’engage à baisser les dépenses de ma commune, et ensuite, à baisser les impôts locaux » (et pas seulement les taux, la collecte elle-même, nonobstant l’évolution des taux et des bases). Sans distinction de couleur politique. Alors ? Chiche !

Alain DumaitAlain Dumait, directeur de la publication des Enquêtes du contribuable

« Ces maires qui jettent votre argent à la poubelle », Les Enquêtes du contribuable février/ mars 2014 – 68 pages, 3€50.

En kiosque le 31/01/14 et sur abonnementwww.contribuables.org/boutique.

Suivre ce lien pour commander en ligne ce numéro.

Articles de la même rubrique


Publié par Rédaction le 28/01/2014
Par Ramon, le 10/03/2014

Je serais curieux de savoir combien de personnes se faisant plaisir ci-dessus en ralant ont été mettre le nez dans les comptes rendus de leurs conseils municipaux, ou ont vraiment consulté les finances de leurs communes. Il est tellement plus facile de bougonner que de mettre le nez dans des choses complexes et de réaliser qu’on est incapables de les maitriser.
Ceux qui ralent contre tout sans rien y comprendre, en pensant que les choses sont simples et qu’on les compliquent volontairement sont des adeptes de la facilité, et se font les relais volontaires ou non des discours démagogues et populistes. Et franchement c’est pas avec ça qu’on va avancer un brin !!!

Par VALENTIN, le 05/03/2014

Que doivent faire ceux qui en ont assez de payer ? La révolution ? refuser ? mais tout en gardant un esprit de partage et une réalité sociale, ne devons-nous pas convenir que nous ne sommes plus que des guignols, combien de temps cela durera-t-il? natif du pays de La Fontaine, rappelons-nous que « tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin elle se casse  » à méditer…….

Par Ming, le 15/02/2014

Et si on laissait un droit de controle de la depense publique de maniere effective a ceux uniquement qui effectivement payent des impots et que par ailleurs on publie au centime pres les comptes publiques sur internet pour avoir de la transparence en mettant en jeux la responsabilite civile et penale des maires en cas de fautes graves de gestion (prise illegale d interet abus de biens sociaux conflit d interet incompetence et prise de risques mettant en danger la gestion financiere…cumul de
mandats empechant un ssuivide gestion..) peut etre qu on aurait une meilleure
gestion comme dans les pays nordiques’..des voyages a gogos de certains maires ou cnseillers, des rond points factures 500 000 euros et plus et j en passe….
Plus jamais ca!

Par hanriot claudet, le 09/02/2014

bien sur comme le dit ,monsieur Dumait Alain, au sujet du gaspillage des maires de France,plus de contrôle.Appauvris les villes sociales pour faire des villes riches,ra bol des publicités en voici en voilà, je compte sur les citoyens pour ne pas voter pour les villes gauchiste qui veules ressembler aux chinois.

Par obin, le 03/02/2014

Gaetan a raison peu de français paient l’impot et les assistés sont legions.ils ont interet à ce que le systéme perdure.que faire pour arreter celà?.Une solution parmi d’autres serait peut etre de supprimer à la fois le cumul des mandats et leur renouvellement ?

  • Par Gaétan, le 31/01/2014

    Le problème est que nous sommes dans un cercle vicieux:
    -Une part importante des électeurs ne participe pas à l’impôt et bénéficie grandement des aides, subventions, dégrèvements, etc.
    -Donc ces électeurs sont des chauds partisans des maires qui sont généreux avec l’argent du contribuable.
    – Et les maires soignent cet électorat pour être réélus

    Par benquet, le 30/01/2014

    Réinitialiser à 180° le logiciel,
    De la dépense et gaspillage,
    À l’économie et excédent !
    Prévoir masseur pour les torticolis

    Par paul fontaine, le 30/01/2014

    les maires de nos petites communes ne peuventse permettre de débordements si certains font des folies des controles tres severes doivent obligatoirement etres établis et penalises notamment lors de mise en place de marches et travaux cela permetrai de mieux connaitre ce qu’ilss font de notre argent

  • Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *