Expatriation : ces Français qui fuient le socialisme

"Ces Français qui fuient le socialisme" , Les Enquêtes du contribuable n°2 – décembre 2013/janvier 2014 -3,5 €
Le 03/12/2013

Ce numéro des Enquêtes du contribuable consacré à l'expatriation des Français le démontre : à rebours des chiffres que nous assènent les Pravda médiatiques, les super riches sont une minorité dans le bataillon des candidats à l’exil. Ils fuient la politique économique et fiscale suicidaire à l'oeuvre depuis plusieurs décennies en France.

« Ces Français qui fuient le socialisme », Les Enquêtes du contribuable décembre 2013/janvier 2014 – 68 pages, 3€50. Pour commander en ligne ce numéro.

L’expatriation est devenue un phénomène de masse. Elle touche l’ensemble des classes françaises. Riches comme pauvres, étudiants ou actifs, retraités, traders, créateurs d’entreprises, les candidats au départ se ramassent à la pelle. Perspectives de carrière, augmentation du pouvoir d’achat ou cieux fiscaux plus cléments…Ils sont 285 000 à partir chaque année.

Ce numéro des Enquêtes du contribuable consacré à l’expatriation des Français le démontre : à rebours des chiffres que nous assènent les Pravda médiatiques, les super riches sont une minorité dans le bataillon des candidats à l’exil. A une écrasante majorité, ce sont «des gens comme vous et moi» qui entonnent le chant du départ pour un aller bien souvent sans retour. Ils fuient la politique économique et fiscale suicidaire à l’oeuvre depuis plusieurs décennies en France.

sommaire EDC2 expatriation

« Ces Français qui fuient le socialisme », Les Enquêtes du contribuable décembre 2013/janvier 2014 – 68 pages, 3€50. En kiosque le 29/11/13 et sur abonnement. Pour commander en ligne ce numéro

Articles de la même rubrique


Publié par Rédaction le 03/12/2013
  • Pingback: Les riches contribuables sont de moins en moins nombreux | Contribuables Associés()

  • Pingback: Des fonctionnaires de Nouvelle-Calédonie peuvent toucher 2 retraites | Contribuables Associés()

  • Pingback: Embrouilles au gouvernement sur la prime d' apprentissage | Contribuables Associés()

  • brennec

    @jamas la distinction efficiente est entre étatistes et libéraux, il y a une droite tout aussi étatiste que notre PS mais au sein de cette droite il y en a quelques uns qui le sont moins. Aucun socialiste n’est partisant de réduire le périmètre de l’état, pareil pour les partis. Du coup parler d’UMPS semble légitime, dommage que ce soit le FN encore plus étatiste qui soit a l’origine de la formule.

  • http://pasacal.allee@wanadoo.fr allee

    Qui aujourd’hui’ veut. Faire quelque chose ? Quel politicien est capable aussi ? J’ai un doute sur l’ensemble des politiciens. Le système est a changer, la machine est lourde et compliquée. Ils administrent le pays mais ne le gouvernent pas ! La fonction publique a le pouvoir avec le système de la finance et bloque toujours le pays. On n’a pas la volonté ni le courage. On va vers une révolution et c’est peut être le moyen de faire changer la situation ? Je suis mère de famille et j’avoue que ça ne me dérange pas si mes enfants partent étudier a l’étranger. Pourquoi pas si c’est mieux pour eux! On a voulu mondialiser le monde en faisant l’Europe, on subit les conséquences … mais les pays émergents vont eux aussi réagir ! On ne sera plus de ce monde quand ça va évoluer et changer. Il se passe des choses partout danse le monde, ils va explosé. La Chine, la Russie, le monde arabe, l’Afrique, le Brésil … ça bouge !

  • Pingback: Ne partez pas, on est si bien ici ! | gold is money()

  • Pingback: Expatriation : ces Français qui fuient le socialisme | Contrepoints()

  • Pingback: Ne partez pas, on est si bien ici ! | Contrepoints()

  • Pingback: Ne partez pas, on est si bien ici ! | Hashtable()

  • jamas

    Ces français qui fuient le socialisme : socialisme ou libéralisme de droite, de toute façon c’est du pareil au même. Dans le titre, le socialisme est à entendre au sens général et non partisan, j’espère.
    Mitterrand, grand initiateur de dette publique sans fond,
    Chirac, grand continuateur,en pire
    Sarkozy, re-grand continuateur, en re-pire,
    Hollande, re-re- grand poursuiveur, et mou du genou quant à prendre des mesures de remise en ordre,
    Au final des dettes à n’en plus finir.
    Arrêtons de croire qu’il y a une différence entre la gauche et la droite de gouvernement.
    C’est du pareil au même.

    Plus, le bordel à force de légiférer pour un pet de travers et pour se faire mousser,
    Plus, la perte d’esprit civique,
    Plus, l’emploi qui fout le camp,
    Plus les corporatismes et les passe-droits, l’assistanat généralisé,
    Plus, le niveau scolaire qui baisse d’année en année,
    Plus, les magouilles dans tous les coins…
    Bon, j’arrête ; mais je pourrais continuer.

    C’était quand même mieux avant, objectivement, ou alors on a des lunettes déformantes.
    C’est vrai Mouloudji disait :  »ou bien c’est que je deviens vieux ! »
    Mais quand même, objectivement y a vraiment de ça !
    En tout cas, posément, sans parti pris, moi je défends cette idée.