Les salaires et avantages des élus : les contribuables mènent l’enquête !

Le 14/10/2013

Edito des Enquêtes du contribuable n°1 «Profession politicien» d'octobre-novembre 2013, 68 pages – 3€50. En kiosque le 15 octobre.

Edito des Enquêtes du contribuable n°1 «Profession politicien» d’octobre-novembre 2013, 68 pages – 3€50. En kiosque le 15 octobre.

Acheter en ligne le numéro.

Tout système, toute institution doivent être jugés à leurs fruits.L’Histoire nous enseigne que certains sont plus efficaces que d’autres.

S’agissant des élus en général, les mieux payés («indemnisés» en langage politiquement correct…), les mieux «défrayés», les mieux défiscalisés, logés, véhiculés… ne sont pas les meilleurs.

La Suisse, pays du monde où le revenu par habitant est le plus élevé, est aussi celui où les élus sont les plus modestes, la plupart étant même bénévoles.

Ils sont aussi, en moyenne, plus honnêtes.

Lao Tseu disait déjà : « Quand les dirigeants sont honnêtes, le peuple est honnête »…

Certains prétendent pourtant – comme récemment M. Henri Guaino – qu’il conviendrait que les élus soient encore mieux rémunérés. Leur situation serait alors encore plus confortable, mais rien n’indique qu’ils seraient pour autant de meilleurs parlementaires, contrôlant mieux la dépense publique et la nécessité de la contribution de chacun. Au contraire !

S’agissant des élus locaux, et des exécutifs des collectivités territoriales en particulier, on est frappé par le caractère ostentatoire et démesuré de plus en plus répandu de leurs réalisations. Surtout quand on considère la construction des bâtiments de leurs nouveaux sièges, souvent pharaoniques et disproportionnés. Quand le ministre des Finances lui-même parle de « ras-le-bol fiscal », expression reprise en boucle par l’ensemble de la grande presse, une association comme la nôtre pourrait être tentée de se mettre au repos. Le message est passé. Il est admis par l’immense majorité de nos concitoyens, dirigeants politiques et élus compris, de tous bords. Tant mieux !

Et c’est peut être ce que nous ferions si politiciens et médias (leurs alliés) n’étaient pas emblématiques d’un autre mal qui nous ruine : celui de la schizophrénie française, qui fait que, pendant qu’on prend acte de ce « ras-le-bol », les dépenses et les dettes continuent d’augmenter, en particulier aux niveaux local et social.

En vérité, l’utilité de Contribuables Associés n’a jamais été aussi forte. Car depuis 23 ans que nous existons, nous ne nous sommes pas contentés de proclamer qu’il fallait absolument baisser les dépenses, nous avons aussi patiemment expliqué comment il fallait le faire, en réduisant la sphère publique à un niveau plus raisonnable, comme tous nos voisins le font. D’où la nouvelle formule de cette revue, dont vous avez en main le premier numéro.

Les Dossiers du Contribuable deviennent Les Enquêtes du Contribuable. Avec une nouvelle maquette et des articles mieux documentés et plus diversifiés. Pour un résultat plus efficace.

Alain Dumait, directeur de la publication, fondateur de Contribuables Associés

Pour s’abonner au bimestriel Les Enquêtes du contribuable (21 € pour 6 numéros) : www.contribuables.org

Nouvelle formule ! Accédez gratuitement à un extrait PDF de 10 pages des Enquêtes du contribuable !

Acheter en ligne le numéro Où acheter votre numéro en kiosque.

Articles de la même rubrique


Publié par Rédaction le 14/10/2013
  • soum

    oui dépêchez-vous il me tarde de connaitre le montant des salaires de nos élus à commencer par le haut évidemment, le montant de leurs impôts, de leur retraite, leurs avantages en nature et les avantages tout court sans oublier nos députés européens il est temps de nous dire la vérité, toute la vérité
    à quoi sert notre argent ? avec tous ces prélèvements d’ impôts
    il y a trop de gaspillage, de comités, d’ associations, communautés, etc etc etc et en plus on en rajoute d’autres comme si il n’y avait pas assez de planqués avec des salaires mirobolants
    il nous faut une personne avec une main de fer pour nettoyer tout ça même un karcher aura du mal
    la France est un véritable désastre
    cordialement

  • blondel yves

    Comment demander aux français des économies et une augmentation de la fiscalité, quand ont voient
    que le nombre de politique payés par le contribuable est incapable de trouver une solution a la crise des riches. Je pensais que F Hollande aurait une solution, il n’ai qu’un pantin crédule et stupide qui a surement pensé qu’être élu sous l’étiquette socialiste il allait changer l’emprise des holdings, multinationales, et banquiers peut scrupuleux de ce qui bossent pour faire leurs richesses. Ne plus voter est le meilleur moyen pour faire diminuer la classe politique, et ainsi ne plus mettre des technocrates, mais des techniciens responsables. Chef de l’état en démocratie doit être celui du peuple et non chef a la solde de ceux qui les aides a le devenir.

  • Julie

    Décidément, aucune chance que nos impôts diminuent !