Associations : le scandale des subventions

dossiers du contribuable associations subventions
Le 01/02/2013

Aujourd’hui, une part importante des associations vit largement, et souvent uniquement, de subventions publiques. Ce ne sont plus des associations libres, mais des émanations des collectivités qui les « aident ». Avec l’argent des contribuables bien sûr…

Les Dossiers du Contribuable n°11 «Associations : le scandale des subventions», février/mars 2013, 4,50 € - 68 pages.
«Associations : le scandale des subventions», février/mars 2013,4,50 € – 68 pages.

 «Associations : le scandale des subventions», Les Dossiers du contribuable février/ mars 2013 – 68 pages, 4€50. Numéro à commander (dans la mesure des stocks disponibles) sur www.contribuables.org/boutique.

Aujourd’hui, une part importante des associations vit largement, et souvent uniquement, de subventions publiques. Ce ne sont plus des associations libres, mais des émanations des collectivités qui les «aident». Avec l’argent des contribuables bien sûr…

Ces fausses associations, dans tous les domaines où elles agissent, ne sont rien d’autre que des tentacules cancérigènes de la sphère publique. Et non pas, comme elles essayent de le faire croire, des entreprises citoyennes respectables, défendant «l’intérêt général».

C’est pourquoi Les Dossiers du Contribuable ont tenu à dénoncer cet odieux scandale dans ce nouveau numéro.

Elles nous coûtent un bras

L’Etat et les collectivités locales versent des milliards à des associations de toutes sortes ! Et sans jamais se demander si d’autres solutions ne seraient pas plus pertinentes…

Les motifs invoqués sont toujours les mêmes : l’efficacité de l’association, sa générosité, son action visant à l’intérêt général, les hautes motivations humanitaires, culturelles, sociales, de ses dirigeants. De quoi vous tirer des larmes…

A Contribuables Associés (qui ne touche aucune subvention), nous gardons l’œil sec et refusons d’entrer dans ces considérations. Ce ne sont pas les associations en elles-mêmes que nous attaquons (certaines peuvent en effet rendre de grands services), mais le principe même de l’ingérence de la sphère publique dans des affaires par nature privées.

C’est le fait de prendre de l’argent à tous les contribuables pour, arbitrairement, le donner à certaines associations, avec les résultats que l’on connaît : copinage, clientélisme et gaspillage !

Elles menacent nos libertés

Elles se nomment SOS Racisme, UNADFI, DAL ou Jeudi Noir. Ces associations sont les grandes prêtresses du politiquement correct, les ayatollahs de la pensée unique.

Elles n’aiment pas plus les fumeurs que les automobilistes. Elles donnent la chasse aux pensées alternatives comme aux logements vides.

Sous couvert d’aide aux « plus démunis », aux « mal-logés » ou aux victimes supposées de racisme, elles entendent asseoir leur domination idéologique en présentant leurs choix de société comme seuls légitimes.

Ces donneuses de leçon sont aussi des pleureuses ultra-subventionnées qui, pour préserver leurs intérêts et conserver leurs prébendes, n’ont de cesse de sucer la moelle du contribuable. Encore et toujours plus…

Elles pourrissent notre jeunesse

Quel singulier pays que le nôtre, où l’Etat finance des associations qui font l’apologie du cannabis et des drogues dures !

Où des collectivités locales subventionnent des « ateliers sexe » dans les collèges et lycées ! Où les pouvoirs publics encouragent les provocations d’homosexuels extrémistes à l’encontre de ceux qui ne partagent pas leurs opinions…

Asud, l’association des « drogués heureux », touche 230 000 € en subventions pour le moins stupéfiantes ! Les régions Lorraine, PACA et Bretagne versent des milliers d’euros à la « Sexothèque » des Petits Débrouillards. Et les khmers roses d’Act Up et SOS Homophobie s’en mettent plein les fouilles grâce à la générosité de nos élus…

A un moment où le gouvernement est contraint par la nécessité de réduire les dépenses publiques, il y a là un gisement d’économies possibles…

Jean-Baptiste Leon, rédacteur en chef des Dossiers du Contribuable

Au sommaire de ce numéro :

3 « La foire aux subventions », édito de Claude Garrec, président de Contribuables Associés

6 Pierre-Patrick Kaltenbach : «L’Etat refuse de contrôler l’argent qu’il verse aux associations»
9 Remettre le monde associatif à l’endroit

10 Associations sous perfusion

11 Les associations, combien de divisions ?
12 1,2 milliard d’euros de subventions des ministères en 2011
13 L’obligation de publier les comptes
14 Les « faux-nez » du ministère du Budget
16 Des millions sortent de la réserve parlementaire
18 Lucratif ou non lucratif…

20 Le business de l’antiracisme

21 SOS Racisme ou la dictature des potes
25 SOS Racisme est hors-la-loi
26 Harlem Désir ou l’agitateur devenu apparatchik
29 Le pactole des associations d’aide aux clandestins
30 Jacques Bompard : « Il est temps de se pencher sur les comptes d’associations comme SOS Racisme »

32 Elles menacent nos libertés

33 Les associations de mal-logés squattent le budget de l’Etat
37 Quand Droit des non-fumeurs nous pompe notre blé
38 L’UNADFI n’est pas sectaire avec l’argent public
40 Sécurité routière : surveiller et punir
44 Bernard Darniche : «Les associations de sécurité routière dégoulinent de subventions»

46 Elles pourrissent notre jeunesse

47 Des associations shootées à l’argent public
48 Coûteuse politique de « réduction des risques »
50 Serge Lebigot : « Plus de drogués, c’est plus de subventions »
51 Un festin de 50 drogues… payé par les contribuables !
52 Les subventions pas très gaies du lobby homo
55 Subvention braguette pour les Petits Débrouillards

56 Delanoë et Huchon arrosent à tout-va

57 Des spectacles de rue pour les pochtrons
58 Subventionnite aiguë à la Mairie de Paris
60 Serge Federbusch : « Avec Delanoë, le clientélisme est systématique »
62 Macaq, le roi de la jungle associative
63 Associations d’Ile-de-France : des aides à gogo

«Associations : le scandale des subventions», Les Dossiers du contribuable février/ mars 2013 – 68 pages, 4€50. 1er tirage épuisé, disponible en version noir et blanc. Numéro à commander (dans la mesure des stocks disponibles) sur www.contribuables.org/boutique.

 

Articles de la même rubrique


Publié par Rédaction le 01/02/2013
  • Par bettoni, le 02/07/2014

    les associations sont trop nombreuses , mais certaines jamais contrôlées , reste des collecteurs pour les partis politiques notamment a L’UMP!
    j’ai vu un maire ,CG, tirer au sort des billets de tombola , attribuer le premier prix a un de ses amis qui laissera le lot a la caisse de l’association , et au lieu de tirer un nouveau billet????????
    il mettra au enchères ce voyage après les billet , il vendra le voyage! pour L’UMP!
    et le compte de JPS

    Par BON Nicole, le 27/03/2014

    Je suis également scandalisée par ces subventions données à l’aveuglette semble-t-il et qui nourrissent
    probablement nombre’ de parasites puisqu’il n’y a aucun contrôle sur l’utilisation et surtout sur l’interêt
    des fonds versés….nos impôts, notre argent gagné souvent bien péniblement. Ceci et les Formations
    (j’en ai même vu sur la méditation…. cela en dit long pour trouver un job….) …….Puisque tous nos
    Dirigeants font de même, comment voter pour éviter cl, ue prconisez vous (je ne suis pas partisante du FN et surtout pas du socialisme ?

    Par ELISE, le 13/02/2014

    Bonjour, je vois que le 1er tirage du dossier sur les associations est épuisé ..
    Alors au lieu de faire du tirage papier, pourquoi ne pas fournir (vendre) le document « en ligne » laissant au client le soins de l’imprimer ou pas; de toute façon ce n’est pas à 4,50 l’unité que vous gagnez beaucoup, même si vous y ajoutez des frais d’expédition ( ce que je vais découvrir), puisque je souhaite m’instruire …
    Il me semble que le fait de mettre le dossier « sur la tale » serait plus efficace que les messages « publicitaires » que je reçois; il y a sujet à réflexion .
    Cordialement, Michel ELISE.

    Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *